UN RENDEZ-VOUS MANQUÉ

Auteur :
| | Envoyer cet article par courriel | Imprimer cet article |

Le Parlement réuni en Congrès hier après-midi a entendu l’intervention du Président de la République suite aux attaques terroristes de Paris.

Que retenir de cette intervention ?
Le bilan est très mitigé.

D’un côté on peut souligner et apprécier la réorientation de notre politique étrangère en Syrie.
Le Chef de l’Etat a enfin reconnu que “notre ennemi en Syrie, c’est Daech”. Il se rallie à la mise en place “d’une grande et unique coalition” associant notamment la Russie pour lutter contre l’Etat islamique.
Cette position correspond tout à fait à la logique du séjour que j’avais effectué à Beyrouth et à Damas fin octobre avec deux collègues parlementaires.
Ce virage diplomatique devrait enfin permettre à la France de retrouver une place au Moyen-Orient.

Par contre la partie de l’intervention du Président de la République consacrée à la politique intérieure était beaucoup moins convaincante.
La proposition d’une révision de la Constitution reste floue et semble plus relever de la manœuvre que de l’intérêt général. L’ouverture d’un énième chantier législatif est bien tardive et n’est pas adaptée à la situation qui exige efficacité et réactivité.
Ce qu’attendent aujourd’hui nos compatriotes ce n’est pas du droit mais ce sont des actes.
Nous aurions aimé entendre de la part de François Hollande une volonté et une détermination qui entraînent notre pays dans une lutte sans merci contre ceux qui ont déclaré la guerre à notre civilisation.
Malheureusement il n’a pas su trouver les mots pour parler de la France, de cette France enracinée dans son histoire et fière de ce qu’elle est.
Hier les Français attendaient une voix forte. Manifestement François Hollande a manqué ce rendez-vous.

A lire aussi

Ajouter un commentaire

 

QR Code Business Card
QR Code Business Card