Portrait de Xavier BRETON

Envoyer cette page par courriel | Imprimer cette page |

Portrait


Xavier BRETON, Conseiller municipal de Bourg-en-Bresse et Député de l’Ain

Xavier BRETON, Conseiller régional et Député de l’Ain

Député de l’Ain, Conseiller régional, Xavier Breton, 54 ans, est doté d’une personnalité riche et multi-facettes ! Né dans les Vosges en 1962, il avait comme modèle son grand-père maternel. « Ado, c’était un exemple pour moi. Il était maire de sa commune de Darney et champion de Lorraine de lancer du disque ».

Xavier a grandi avec sa soeur Agnès dans une famille où, dès l’enfance, les mots “travail, valeur, fraternité” sont des piliers et des repères.
Installée dans une cité à Nancy puis à Mirecourt, la famille Breton déménage ensuite dans le village de Darney. Xavier a 12 ans et son père a quitté son emploi à EDF pour devenir assureur.

Xavier passe ses vacances près de Saint-Julien-Sur-Suran dans le Jura, à quelques kilomètres du département de l’Ain. Il y retrouvait sa grand-mère et continue à y retrouver son cousin, aujourd’hui agriculteur.

Après le lycée d’Epinal, Xavier choisit la fac de droit, puis se tourne vers les sciences politiques. Engagé, il milite dans le syndicalisme étudiant et participe à l’animation d’une radio libre. Il obtient en 1987 son diplôme de Sciences po Paris. Sous les drapeaux, il est aspirant à Saumur où il termine second de l’école d’officier puis effectue son service militaire en Allemagne dans la cavalerie. Depuis, il est officier de réserve.

C’est comme chef de cabinet du maire de Saint-Malo qu’il fait sa première expérience professionnelle, puis il rejoint le président du Conseil général de l’Yonne. Xavier Breton fait ensuite le choix de s’installer dans l’Ain à partir de 1995, d’abord à Belley puis à Bourg-en-Bresse. « J’avais plusieurs opportunités professionnelles mais j’ai eu un vrai coup de coeur pour le département de l’Ain. J’ai tout de suite été marqué par le cadre de vie exceptionnel que l’on a ici, par la richesse de nos territoires, les infrastructures et la force d’un tissu économique dynamique et varié ».

Au Conseil général de l’Ain, il fut chargé auprès des présidents, de l’aménagement du territoire et des affaires européennes. Xavier Breton maîtrise ainsi parfaitement les rouages des collectivités territoriales. Il connaît les élus mais également les préoccupations quotidiennes des habitants et des acteurs économiques et sociaux. Il est à l’écoute et efficace dans la résolution des problèmes.

Marié à Florence depuis 1992, il est l’heureux papa de huit enfants. La petite dernière a seulement 10 ans ! Sa famille est son moteur ; là, il trouve la force et les raisons profondes de son engagement. « Elever des enfants, les aimer, les aider à grandir, sont des priorités absolues pour moi et un grand bonheur. Même si, comme beaucoup de parents très occupés, je ne passe pas assez de temps avec eux, je profite pleinement de chaque moment partagé ».

En plus d’une vie professionnelle, publique et familiale bien remplie, il continue – enfin essaie autant que possible – de pratiquer le triathlon ! En revanche, il ne rate jamais le semi-marathon de Bourg et ses 21 km. Xavier Breton aime aussi beaucoup le sport, comme supporter dans les tribunes. On peut ainsi le rencontrer à Verchère le dimanche pour soutenir les Violets, ou lors des matchs du FBBP-01 ou de la JL ainsi qu’à Simandre sur Suran ou encore à Marboz, Montrevel-en-Bresse et Viriat. Outre le sport, Xavier aime retrouver ses amis autour de bons petits plats, à la maison mais aussi très souvent en ville. Il n’est donc pas rare de le croiser à Bourg dans la soirée. Côté musique, ses goûts sont très variés : « Si aujourd’hui j’aime la musique baroque, j’adore réécouter Pink Floyd et je ne m’en lasse pas ! ».

Xavier Breton défile avec les classes en 2 à Bourg

Xavier Breton au défilé des classes en 2

Vidéo




Interview de Xavier BRETON


Xavier BRETON
Xavier BRETON

Interview de Xavier BRETON – Avril 2016

A plus d’un an des prochaines élections présidentielles, dans quel contexte s’inscrit votre mandat parlementaire ?

La France et les Français ont été durement frappés par de lâches attentats, nous plongeant dans l’insécurité. Nous devons nous rassembler pour apporter des réponses courageuses et faire face au risque terroriste. Au plan économique, la crise et le chômage progressent et nous font vivre dans un contexte difficile. Nous constatons aussi une certaine déception, une perte de confiance ou parfois même un rejet à l’égard des élus.

Vous constatez également cette défiance au quotidien ?

N’ayant jamais renoncé à une seule de mes convictions et ayant toujours été clair sur mes priorités, je ne ressens pas personnellement cette défiance. Au contraire, les habitants de la première circonscription m’encouragent régulièrement à rester solide, fiable et à tenir mes engagements.

Concrètement, quels engagements avez-vous tenus ?

J’ai toujours défendu courageusement la famille que je considère être la cellule de base de notre société ; elle est une valeur refuge, un pilier qu’il faut protéger. Je me suis donc opposé aux attaques du gouvernement sur la politique familiale qui faisait pourtant consensus depuis 1945, au-delà des alternances politiques. J’ai aussi sans cesse rappelé l’intérêt supérieur des enfants qui doit, selon moi, toujours primer.

Quel regard portez-vous sur la politique menée par le gouvernement ?

Le travail et le sens de l’effort sont des valeurs essentielles, malheureusement mises à mal ces dernières années.

En cause par exemple la suppression des heures supplémentaires défiscalisées au détriment même des salariés qui en bénéficiaient ou le développement de l’assistanat qui pénalise injustement les travailleurs. Alors même que tous les pays européens connaissent une reprise économique, seule la France continue de s’enliser.

Je regrette l’incapacité du gouvernement à s’attaquer enfin aux charges qui pèsent sur nos entreprises.

Je crois aussi que la politique menée depuis des années est calamiteuse pour l’école et pour notre système de formation. Elle finira par ruiner tous les efforts des enseignants et des familles s’il n’y a pas une prise de conscience des enjeux. Il est grand temps de réagir.

Quelle est votre relation avec la circonscription dont vous êtes le représentant ?

Je me suis engagé à être un « député au service de tous ». Je me mobilise donc avec la même détermination sur tous les dossiers qu’il s’agisse de difficultés personnelles (en matière de logement ou d’emploi), qu’il s’agisse de soutenir un projet communal ou associatif ou d’accompagner une entreprise. J’ai par ailleurs vraiment à cœur d’être très présent dans chaque commune de la circonscription. Bourg, la Bresse et le Revermont sont des territoires généreux et animés grâce notamment au dynamisme des habitants, des associations et des élus locaux. C’est cette valeur humaine, la vraie richesse de nos territoires.


Jean-Yves FLOCHON Suppléant


Jean-Yves Flochon, Conseiller général et maire de Ceyzériat depuis 2001 est né à Bourg-en-Bresse le 15 août 1958. Conseiller municipal en 1989, maire-adjoint en 1995, il assume ces responsabilités électives, en prolongement d’engagements associatifs, au service de la cause musicale, comme président de l’harmonie du village, ou encore de la vie communale, comme président du Comité d’initiative local. « A la musique, comme au Conseil, j’ai poursuivi une tradition familiale. Mon grand-Père, Armand Lacroix, a été clarinettiste, et élu municipal, et j’ai ensuite succédé à mon père, Roger, au sein de l’assemblée communale en 1989. Attentif et soucieux de tous, ce dernier représente un modèle d’humilité, en même temps qu’il savait fédérer autour de valeurs simples et empreintes de convivialité. »

Fils de Suzanne (elle aussi ancienne saxophoniste, mais plus connue aujourd’hui pour la qualité de son fleurissement) et Roger, exploitants agricoles, il a suivi la filière juridique du centre d’étude juridique de Bourg-en-Bresse, où il a obtenu sa licence de droit en 1978, en même temps qu’il faisait connaissance de Maryse Bavoux, son épouse depuis le 18 septembre 1982. Maryse est la fille de Victor, Maire honoraire de Simandre-sur-Suran, commune où Jean-Yves a été joueur, capitaine et dirigeant de l’équipe de rugby durant de longues années. Ils sont parents de deux enfants, Bertrand né en 1984 et Anne-Lise née en 1988.

Titulaire d’une maîtrise de droit privé et d’un DESS spécialisé en droit rural, c’est au service de l’agriculture du département qu’il débute sa carrière professionnelle, avant d’opter, à partir de 1988 pour le journalisme, comme responsable de l’Ain Agricole, puis comme journaliste au journal Voix-de-l’Ain à compter de mai 1991.

Jean-Yves Flochon et Xavier Breton

Trompettiste (activité aujourd’hui en sommeil), il a prolongé une tradition familiale, débutée sur les rangs de l’harmonie du village, en même temps que sur celles de l’Echo du Suran de Villereversure. Sa responsabilité de président de l’Union musicale, lui a également valu de succéder à Marc Vulin à la présidence de la Fédération musicale Bresse – Revermont, tout en assumant, au titre de représentant de l’association des maires de l’Ain, celle de président de l’ADDIM, de 2002 jusqu’au printemps de l’année 2011.

Elu Conseiller départemental du canton de Ceyzériat, Jean-Yves Flochon est au Département Vice-Président chargé de l’aide aux communes, de l’habitat, de la ruralité et de l’agriculture. Très engagé et impliqué, il assume ses responsabilités en étant particulièrement à l’écoute et présent sur le terrain.

QR Code Business Card
QR Code Business Card