Oui à la cohérence et aux convictions, non à la confusion

Auteur :
| 2 commentaires | Envoyer cet article par courriel | Imprimer cet article |

J’ai voté contre la résolution présentée ce mercredi 26 novembre 2014 qui proposait de « réaffirmer un droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse en France et en Europe ».
J’observe tout d’abord que ce texte, présenté comme hautement symbolique, a très peu mobilisé puisqu’au final plus des trois-quarts des députés (434 exactement) ne l’ont pas voté.

Pour ma part, j’ai voté contre cette résolution pour 3 raisons :

1. Ce texte est contraire à l’équilibre qu’avait trouvé la loi Veil entre la liberté des femmes et la protection de la vie. La résolution adoptée, en faisant disparaitre complètement la protection de la vie, privilégie l’éthique de l’autonomie au détriment de l’éthique de la vulnérabilité qui cherche à protéger le plus faible. De plus cette résolution est en contradiction avec la Convention européenne des droits de l’Homme qui exclut la logique unilatérale d’un droit à l’avortement et appelle à un équilibre proportionné des droits, libertés et intérêts concurrents.

2. Ce texte banalise complètement l’avortement, puisqu’il place au même niveau l’avortement et la contraception. Ce faisant, la résolution adoptée occulte complétement les conséquences physiques et psychiques que peut provoquer un avortement.

3. Des dispositions de ce texte peuvent être dangereuses pour l’avenir :

– Il ouvre ainsi la voie à la GPA en reconnaissant un droit à disposer sans limite de son corps.
– Ce texte donne aussi un rôle excessif à l’Etat avec le contrôle des consciences à travers la mission qui lui reviendrait dans l’éducation à la sexualité.

C’est parce que je refuse :
– la remise en cause de l’équilibre trouvé par la loi Veil,
– la banalisation de l’avortement,
– la GPA
– et le contrôle de l’Etat sur les consciences,

que j’ai voté contre la résolution présentée ce mercredi 26 novembre 2014 qui proposait de « réaffirmer un droit fondamental à l’interruption volontaire de grossesse en France et en Europe ».

A lire aussi

Commentaires

  1. Caroline et Jean-Marie Toulet

    28 novembre 2014

    Merci d’avoir voter contre cette résolution visant à faire de l’avortement un “droit fondamental”.
    Nous ne partageons cependant pas votre avis sur la loi Veil : plus de deux cent mille avortements par an, ce n’est pas un équilibre.
    Cordialement.

  2. Jean Lobry

    27 novembre 2014

    Bonjour,

    c’est très bien et courageux, même si je ne mets pas le curseur au même endroit en l’espèce. Je ne pense pas que ce soit le rôle du législateur que de perdre son temps –et donc nos impôts– à ne pas légiférer.

    Très cordialement,

    Pr. Jean Lobry

Répondre à Jean Lobry

 

QR Code Business Card
QR Code Business Card