“Burn-out : de la connaissance à la reconnaissance” Tribune de Xavier Breton – Revue du Trombinoscope

Auteur :
| | Envoyer cet article par courriel | Imprimer cet article |

Les questions liées à la souffrance au travail sont très sensibles, en raison des situations parfois dramatiques qui peuvent être vécues, allant parfois jusqu’à conduire au suicide. Elles constituent aujourd’hui une véritable question de société qui interroge chacun d’entre nous. Pour autant, il faut se garder de tout amalgame. Le travail, valeur essentielle de notre société qui assure autonomie et dignité, n’est pas en soi source de souffrance. De même que toutes les situations de grande difficulté psychologique ou de stress ne sont pas liées au travail, la sphère privée ou d’autres milieux pouvant également être le lieu de bien des souffrances.

L’actualité liée à la souffrance au travail nous amène, comme les professionnels de santé et les partenaires sociaux, depuis plusieurs années maintenant, à initier des démarches afin d’en améliorer la prise en compte au niveau politique. Dès 2009, nous avions ainsi mis en place une commission de réflexion composée de députés “UMP et Centristes” et rédigé un rapport présentant des propositions concrètes mettant l’accent sur l’importance du dialogue dans le monde du travail, sur la formation notamment des dirigeants et managers ou encore sur la promotion au quotidien des bonnes pratiques et comportements vertueux…

Souvent considéré comme le mal professionnel du début de ce siècle, le burn-out ou syndrome d’épuisement lié au travail, se développe actuellement de façon préoccupante. Les psychologues évoquent davantage un « processus » plutôt qu’un état, qui peut par ailleurs revêtir différents degrés de gravité. Face au burn-out, qui généralement, ne survient pas brutalement mais de façon progressive, la prévention et l’information des salariés et des professionnels de santé sont essentielles, tout comme la reconnaissance des premiers symptômes.

A l’Assemblée nationale, cette question a fait l’objet de débats dans le cadre du groupe d’études “pénibilité du travail, santé au travail et maladies professionnelles” ainsi que dans l’hémicycle lors de l’examen du projet de loi consacré au dialogue social et à l’emploi.
La récente loi du 23 juillet 2015 relative au dialogue social et à l’emploi prévoit ainsi la possibilité de reconnaître les pathologies psychiques, telles que le burn-out, sans pour autant attacher systématiquement au burn-out la qualité de maladie professionnelle : « les pathologies psychiques peuvent être reconnues comme maladies d’origine professionnelle », le syndrome pouvant, selon les cas, avoir différentes causes sans lien avec le travail, la prise en compte du burn-out s’effectuera alors au cas par cas par l’intermédiaire de comités régionaux compétents en la matière.

Il s’agit là d’une avancée davantage symbolique dans la mesure où la prudence reste de mise : les salariés devront passer devant une commission d’experts et prouver une causalité directe entre leur travail et leur état de santé. Parmi les critères de reconnaissance en maladie professionnelle, il faut une incapacité permanente partielle d’au moins 25 %. En 2014, moins de 300 cas en France remplissaient les critères. Un prochain décret devrait déterminer les modalités concrètes d’application de ce dispositif et pourrait aussi faciliter le recours à des psychiatres dans ces commissions.

Les débats au Sénat, à l’Assemblée nationale, dans la société civile et au sein même du corps médical montrent que les réserves ou divergences d’appréciation sont telles que le consensus sur ce sujet n’est pas encore possible.

Voilà pourquoi la loi du 23 juillet dernier, prévoit d’ores et déjà un autre rapport publié avant le 1er juin 2016 « sur l’intégration des affections psychiques dans le tableau des maladies professionnelles » pour poursuivre la réflexion.

J’espère sincèrement, et ce sera un point de vigilance, que l’ensemble des acteurs concernés seront associés et que tous les points de vue seront bien pris en compte.

Xavier BRETON, Député de l’Ain

Tribune Xavier Breton revue du Trombinoscope Burn out

A lire aussi

Ajouter un commentaire

 

QR Code Business Card
QR Code Business Card